Le camping-car est un mode de voyage où on associe facilement le plaisir et l’aventure. En 2013, nous publiions un gros dossier sur des grands aventuriers ayant pris le parti de voyager au gré de leurs envies à bord de leur camping-car. Revisitez dès à présent ce dossier à travers les propos de 6 familles aussi aventurières qu’attachantes.

Esprit Camping-Car : Comment se décide-t-on à partir dans une grande aventure en camping-car ?

9Australie Bivouac à Shark Bay

Sylvie François 

foto1

Il faut en priorité avoir le goût du voyage en général, et aussi une envie d’indépendance. Un jour on se dit qu’on veut plus, qu’on veut prendre le temps, pouvoir suivre une ligne continue, s’arrêter où bon nous semble… Avec des enfants, le camping-car est un “cocon” rassurant, qui doit rester ouvert sur l’extérieur bien sûr! Avoir sa maison sur le dos, c’est le rêve absolu, non?

Famille Roux 

foto6

L’envie de découvrir le monde avec nos enfants et le camping-car a été la meilleure façon pour garder un ‘’chez nous’’ comme repère pour les enfants. C’était petit mais notre jardin était immense et merveilleux. Pour financer ce long voyage nous avons été obligés de tout vendre.

Famille Théliot 

foto11

Il y a plusieurs facteurs déterminants : La crise de la quarantaine ?? Le besoin d’autre chose que boulot métro dodo. Le ras le bol du travail, une prise de conscience peut être, de n’être qu’un numéro parmi d’autres numéros. Vivre quelque chose de très fort  en famille ou encore l’âge des enfants afin qu’ils en gardent un souvenir précis. Faire quelque chose de différent, rencontrer d’autres lieux, d’autres populations, d’autres mentalités.

Akili family (http://akilifamily.com

foto16

A la base, c’est une question simple à se poser : Vit-on pour travailler  ou travaille-t-on pour vivre ? Une fois ce choix fait, nous avons choisi de vivre notre passion: le voyage. C’est ensuite que nous avons choisi de partir en camping-car, moyen de locomotion et d’habitation beaucoup plus simple avec les enfants.

Famille Cottier

foto17

Nous rêvions d’un long voyage depuis quelques années et nous suivions le périple d’autres voyageurs, via leur blog. Au fil du temps l’envie de voyager est devenue très forte, omniprésente. Il ne se passait pas un jour sans que nous ne parlions du voyage. Nous vivions POUR ce voyage en faisant attention à nos dépenses ou en donnant des objets qui nous paraissaient inutiles.  Nous attendions le bon moment. Un jour, lors d’une discussion, nous avons réalisé que le bon moment n’existe pas et qu’il y a toujours quelque chose ou quelqu’un qui est une excellente raison de rester. Dès lors, le déclic s’est produit.  C’était en février 2012 et nous sommes partis en août de la même année. Le camping-car nous paraissait le moyen de transport le mieux adapté pour une famille nombreuse.

Famille Marais (http://www.periple.org

foto20

À quarante ans, on veut se prouver que l’on est encore des jeunes gens avec plein de projets dans la tête. Alors, on change de métier, on monte un commerce, bref, on repart pour une nouvelle vie. On appelle cela « la crise de la quarantaine ». De notre côté, nous avons choisi le voyage comme prétexte pour changer de vie, pour la vivre au lieu de la subir.


Quels sont les moments clés de la préparation d’une aventure longue durée ?

8Les filles observent le grizzly

Sylvie François 

foto2

Je dirai que la décision est le cap le plus important! Le reste suit, chaque problème trouve sa solution quand on est motivé! Pour nous la 1ere étape a été la vente de notre maison, qui a permis d’entrer dans le concret et d’acheter le véhicule que nous avions repéré. Et puis les longues soirées penchées sur la carte à échafauder l’itinéraire idéal… Sans compter la multitude de démarches administratives, médicales, scolaires, etc… qu’il faut savoir prendre avec le sourire puisqu’elles nous rapprochent du but!

Famille Roux

foto7

L’envie et la soif de découvertes de la part de toute la famille. La planification en fonction des climats était aussi très importante. La capacité pour les parents d’éduquer leurs enfants avec le CNED.

Famille Théliot 

foto12

Durant les 4 ans de préparation, commencer par savoir où l’on va ! Pour nous, ça a été facile. On ne voulait ni prendre le bateau ou l’avion, donc le plus à l’est possible, donc, le Bangladesh sera notre point de mire ! Il faut établir un budget. Selon le budget prévisionnel, établir une date de départ cohérente avec les périodes de mousson, de grand chaud ou grand froid. Il faut penser à écrire un calendrier pour les vaccins, les visas. Nous voulions rencontrer des familles ayant déjà fait ce genre de périple, et surtout commencer par apprendre ce qu’est un camping-car, établir un cahier des charges selon nos besoins propres, notre budget. On n’y connaissait absolument rien, j’avis plutôt une image assez négative d’ailleurs de ce type d’engin, une espèce d’escargot fumant à outrance arpentant péniblement la moindre cote (on ne pourrait plus s’en passer aujourd’hui, de notre escargot…). Nous avons écumé les forums. Merci  campingcar-info.com et voyageforum.com où j’ai passé de très nombreuses heures à échanger et à lire.

Akili family

foto16

L’obtention du budget, l’achat du camping-car, la rencontre avec les autres voyageurs, ceux qui l’on fait avant nous.

Famille Cottier

foto18

– L’un des moments clés a été la prise de décision.
– La recherche du véhicule a été longue. Nous hésitions entre plusieurs modèles et un jour, après des mois de recherche, nous sommes tombés sur l’annonce du camping-car que nous recherchions. Nous sommes allés le voir et c’était lui. Nous l’avons acheté de suite. Le plus drôle c’est que les anciens propriétaires l’avaient acheté en prévision de faire le tour du monde.  Ce camping-car était destiné à un long voyage.
– L’itinéraire se fait en fonction des envies, des budgets (cargos) et des saisons. Pour bien voyager il est important de se renseigner sur la meilleure période pour partir. Le livre “saisons et climats” nous rend encore aujourd’hui bien service. En ce qui nous concerne, nous n’avions pas besoin d’un itinéraire précis. Nous avons juste prévu de rester environ 6-7 mois en Asie du sud-est entre novembre et mars. Pour l’Amérique du sud nous ne savons pas encore exactement dans quel sens nous irons. Tout dépendra du moment où nous arriverons sur le continent. Nous décidons de l’itinéraire précis une fois sur place, en fonction de ce que propose le guide de voyage et de nos intérêts.

Famille Marais 

foto21

Le plus fort moment est l’instant de la décision. Ensuite, tout semble facile. Les étapes de la préparation se déroulent naturellement. Pour nous, le plus compliqué fut de vendre notre maison et tous nos biens. Des vacances de trois semaines demandent plus de préparation qu’un voyage de plusieurs années. Tout se fait au fur et à mesure des kilomètres avalés. Il suffit d’avoir son passeport, sa carte de crédit et son camping-car.


Selon vous, qu’est-ce que cela vous a apporté dans votre vie ?

8bPerou Canyon de Pato

Sylvie François 

foto3

Tellement de choses! D’abord un sentiment incroyable de liberté, la sensation de vivre pleinement, l’excitation d’ouvrir les yeux chaque matin sans savoir sur quoi vous les fermerez le soir… Ensuite le plaisir de profiter de mes filles à chaque instant, et de leur offrir une vision du monde et de ses richesses beaucoup plus large que celle qu’on nous propose. On se rend vite compte que notre mode de vie occidental n’est pas la panacée, qu’il y a plein de façons de vivre et d’être heureux: ça remet un peu les choses à leur place! Enfin : le temps! Avoir le temps est le grand luxe d’un voyage au long court.

Famille Roux 

foto8

Une large ouverture d’esprit sur les différentes cultures et religions. Une bonne culture générale de la géographie. Nous nous sommes totalement détaché de la ‘’société de consommation’’ qui nous semble aujourd’hui superflu et inutile. Nous sommes beaucoup plus proches de la nature. Bilan négatif, la pollution dans le monde nous a beaucoup choqué (Patagonie, Asie et Moyen Orient). Seul soucis après un tel voyage, l’envie de repartir est très forte pour les cinq membres de la famille.

Famille Théliot

foto13

Une expérience de vie absolument extraordinaire, qui n’appartient qu’à nous  4, ce lien restera à vie. Des milliers de souvenirs en commun avec des tranches de vie fabuleuses ou difficiles parfois. Nous partons dès que possible avec notre camping-car, toujours le même et toujours vaillant comme au premier jour. On s’y sent comme à la maison, d’ailleurs, très naturellement lors de notre voyage, on rentrait « à la maison ».

Akili family

foto16

Cela nous a aidé à comprendre la raison pour laquelle nous sommes ici sur cette terre, l’acceptation à la différence, le bonheur d’être en famille.

Famille Cottier 

foto19

Nous sommes fiers d’avoir osé franchir le pas. Chaque jour nous apporte de nouvelles rencontres (voyageurs ou locaux), de nouvelles senteurs, de nouveaux paysages. Nos cœurs sont remplis de la gentillesse des gens que nous avons rencontrés. CE N’EST QUE DU BONHEUR.

Famille Marais

foto22

Nous sommes restés jeunes dans notre tête. Le voyage ne forme pas seulement la jeunesse, il l’a conservé. Cela nous a apporté un bien-être, nous sommes en phase avec nos idées, notre philosophie de la vie. Nous relativisons les événements, vivons l’instant présent et allons à l’essentiel. Nous en retirons aussi une certaine fierté. Réussir un tel projet rend plus fort même si tourner autour du monde est beaucoup plus facile qu’on ne le pense.


Quels conseils donneriez-vous à des camping-caristes qui aimeraient partir ainsi mais qui ne savent pas comment s’y prendre ?

7Monument Valley Le CC en balade

Sylvie François 

foto4

La priorité absolue est de s’assurer que tous les membres du futur équipage sont partant à 100%. Sans cela, dans les situations d’incertitude et de précarité qu’amène le voyage, il y aura déséquilibre. Si tout le monde est motivé à égalité, quand les uns auront des “coups de mou”, les autres pourront les booster, et inversement. L’équilibre est à réinventer constamment dans la durée. Pour le reste, on trouve tout aujourd’hui sur internet, à travers les sites d’autres voyageurs notamment; il faut savoir piocher ce qui est utile… mais aussi savoir prendre du recul avec tous ces conseils, et se faire confiance! Si c’était à refaire, je me casserais beaucoup moins la tête, car l’essentiel n’est pas là!

Famille Roux 

foto9

Il faut étudier les différents et nombreux sites de voyageurs. Ensuite en fonction de son budget décider des pays que l’on peut visiter en pensant à la faisabilité en camping-car. Les budgets cargos sont énormes aujourd’hui alors pour un tour du monde, il pourrait être plus économique de changer de camping-car quand on change de continent. En Amérique du nord, en Australie, il est facile d’acheter un bon camping-car pour un petit budget. Pour l’Europe, l’Asie et le moyen orient le camping-car européen est obligatoire. En Afrique du sud on peut trouver des camping-cars à acheter aussi.

Famille Théliot 

foto14

Il faut préparer au maximum le voyage pour éviter la galère. Cela permet d’être plus serein au quotidien. Je pense que grâce aux longs délais de préparation de notre périple, il ne nous est pas arrivé de galère nous grignotant trop le moral. Etre pragmatique, ne se fier qu’aux personnes qui ont déjà fait ce type de voyage et ne pas écouter ceux qui croient savoir ou qui pense que le monde s’arrête aux frontière de l’Europe, l’Iran aura été très certainement le pays où la population aura été la plus accueillante ! Qui le sait ?? Ceux qui y sont déjà allés, mais certainement pas le grand public alimenté d’image de terribles barbus sanguinaires armés jusqu’aux dents

Akili family

foto16

Peu importe comment s’y prendre! Lorsque l’on a la chance de réaliser un tel projet et qu’on a une réelle motivation, rien ne doit vous arrêter. Nous avons rencontré des familles nombreuses, un couple de retraité de plus de 80 ans, des voyageurs avec de gros budget ou beaucoup plus restreint. Le plus dure étant le départ.

Famille Cottier

foto17

Nous avions des questions plein la tête avant de partir. Nous avons contacté directement des voyageurs qui étaient en voyage ou qui venaient de terminer leur voyage afin d’avoir les infos pratiques, les différents prix (cargos), les infos les plus récentes possibles. C’est selon nous le moyen le plus rapide et fiable pour obtenir des infos.

Famille Marais

foto20

Un bon conseil : partir. Ne pas hésiter à franchir le pas. Si nous l’avons fait, tout le monde peut le faire. Partir avec un camping-car ni trop long ni trop haut. Ni trop lourd. Qu’il soit basique, peu d’électronique, pas de superflu. On conseillerait aux futurs voyageurs de partir avec un véhicule bas de gamme et s’ils ont des enfants, avec une capucine. Pour que le voyage ait de grande chance de réussir, évitez de vous imposer une date de retour. Le dernier conseil serait de lire des récits de voyage.


Quelle est votre définition du mot aventurier ?

3Bivouac face au Bear glacier

Sylvie François 

foto4

Donner une définition serait vite réducteur, ce qui serait un comble! Pour avoir le goût de l’aventure, il faut laisser toute la place à ses rêves, et ne voir dans les obstacles que des étapes à franchir pour y accéder. Il faut être très indépendant et libre dans sa tête, pour pouvoir écouter ses aspirations profondes, hors de tout carcan. Quand on a ça, l’aventure commence au coin de la rue!

Famille Roux

foto10

Un aventurier est quelqu’un qui part sans support (livres, guides ou Internet). Trop facile et stéréotypé de suivre les guides ou les autres voyageurs. Donc nous n’avons pas été des aventuriers mais de simples voyageurs.

Famille Théliot 

foto15

Je n’ai pas la définition du mot aventurier, peut-être est-ce celui qui découvre un nouveau monde ? Ça n’a pas été notre cas, nous ne sommes que de simples voyageurs curieux des autres.

Akili family 

foto16

Un aventurier, c’est une personne qui part en milieu inconnu, ni par soit même ni par les autres, pour vivre une expérience unique. Nous ne sommes pas des aventuriers! C’était le cas il y a 20 ou 30 ans, lorsque internet n’existaient pas! Lorsque vous étiez les premiers à poser vos roues sur des chemins de terre où seul les buffles et les vélos passaient, c’était à ce moment-là l’aventure. Aujourd’hui, grâce à la modernité, vous avez des images satellites ou votre GPS pour vous guider, des tablettes numériques pour lire les guides locaux, des traducteurs pour vous faire comprendre, les forums pour vous aider à faire un choix, le portable pour rassurer les proches et les sites des autres voyageurs pour trouver des solutions à vos problèmes. L’aventure, la vrai, serait de vivre une tel aventure sans toute cette modernité! Mais nous avons fait ce choix de vie car tout cela existe et que sans, nous ne serions pas partis.

Famille Cottier 

foto19

Est-ce que le fait de ne pas savoir “où nous serons demain” ni “à quel endroit nous dormirons” fait de nous des aventuriers ? je ne sais pas. Mais pour nous, rien que ça, c’est une aventure…

Famille Marais 

foto21

Nous disons souvent que l’aventure peut commencer au coin de la rue. Dans ce cas, nous sommes tous des aventuriers en herbe. Une aventure est avant tout une fête. S’aventurer, c’est faire la fête. L’aventurier est simplement une personne qui aime la vie.


Retrouvez la seconde partie de ce dossier avec les témoignages des familles Tsagalos et “SixenRoute” sur ce lien.
1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] de leurs envies à bord de leur camping-car. Après la première partie de ce dossier visible sur ce lien, ce dossier ne pouvait pas se terminer sans que la famille Tsagalos et celle des « Sixenroute » […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.