, ,

91000 visiteurs au Salon du VDL, l’analyse d’Esprit Camping-Car

Salon VDL 2022

Que vous vous soyez rendus ou non au Salon des Véhicules de Loisirs du Bourget 2022, vous en avez OBLIGATOIREMENT entendu parler tant la communication autour de l’événement a été puissante. L’heure du bilan est arrivé avec un premier chiffre : 91.000 !


L’organisation du Salon des Véhicules de Loisirs du Bourget 2022 vient donc de communiquer le chiffre que tout le monde attendait, celui des visiteurs. Sur l’ensemble de cette édition, 91.000 visiteurs environ ont été comptés. Selon l’organisation, c’est une hausse de 10% par rapport à l’édition précédente. Une bonne nouvelle donc puisque cela signifie que cet art de vivre, cette passion, est toujours tendance malgré une situation économique actuellement compliquée.
S’il faut bien entendu se satisfaire d’une telle affluence, Esprit Camping-Car vous propose un petit bilan de ce que nous avons aimé et moins apprécié.

Retrouvez notre dossier de toutes les nouveautés 2023


Esprit Camping-Car a aimé

Revivre un salon sans les masques

Après une édition annulée, une édition masquée, revivre enfin un salon sans le port obligatoire du masque était très agréable.

Tous les constructeurs français présents et fidèles au poste

Nous avons une chance inouïe en France de compter trois gros groupes de constructeurs de camping-cars (Trigano, Rapido, Pilote). Si beaucoup sont toujours critiques envers le «made in France», nous estimons qu’il faut arrêter de faire la fine bouche et apprécier cette chance d’avoir autant de fabricants tricolores. Car sans eux, le salon du Bourget ne serait pas aussi important. Cette année, comme tous les ans, ces trois groupes et l’ensemble des marques de ces groupes étaient au rendez-vous. Merci à eux !

La présence de Carthago, Hobby, Pössl et Concorde

Dans un contexte particulier, que ces groupes aient accepté de venir au Bourget nous a soulagé car cela a donné un peu de diversité supplémentaire à l’ensemble du Salon. Carthago (avec Malibu)  est venu montrer son savoir-faire sur le segment des camping-cars premium. Concorde représentait le luxe ultime avec ses intégraux majestueux. Pössl (avec aussi RoadCar, Vanster et Campster) était la caution « fourgon aménagé allemand » du salon. Le leader européen du segment, ça ne pouvait pas se rater. Enfin, plus confidentiel sur le marché hexagonal, Hobby est venu avec son nouveau et inédit Maxia Van sur VW Crafter.

Des nouveautés, oui, oui

Vous le savez tous, le contexte actuel est hyper complexe pour les constructeurs. Malgré tout, tous sont venus avec une grande partie de leur offre, avec quelques nouveautés intéressantes. Par la multitude des marques présentes cette année, vous, visiteurs, avez pu vous faire une idée des tendances actuelles. Vous avez également pu découvrir les évolutions fortes (baisse de l’importance de Fiat, forte hausse des offres sur Ford Transit notamment, présence accrue de Mercedes, retour plus appuyé des porteurs français) du marché (les vans et fourgons aménagés en force, grands vainqueurs de la saison, croissance des profilés compacts ainsi que des intégraux compacts, (très) petit retour en grâce des capucines, ralentissement des intégraux classiques).


Les voyagistes toujours là

Il faut le signaler, la présence des voyagistes est essentielle. Thellier Voyages, Cap Latitude, Orcada Voyages, étaient présents cette année. Eux aussi subissent de plein fouet la crise actuelle après avoir subi celle de l’interdiction de voyager à l’étranger pendant la pandémie de Covid-19. Malgré tout, ils proposent des séjours super intéressants, passionnants, dépaysants. Ne les oubliez pas.

Des constructeurs qui font face

Revenons aux constructeurs présents. La crise actuelle les met dans une position inconfortable car ils ont obligés de répercuter la hausse de tous les prix des matières premières sur le prix de vente de leurs camping-cars, vans et forgons aménagés. Ils se passeraient tous de cela, soyez-en certains. Ils sont confrontés à des problèmes dont ils ne sont pas maîtres. Malgré cela, l’ensemble des constructeurs fait preuve de résilience et fait le dos rond face à cette situation. Il faut le signaler.

La piste d’essai

Cette année encore, vous pouviez essayer des camping-cars. Fiat, Ford et Mercedes étaient présents pour vous offrir cette chance de tester un camping-car avant achat. A nos yeux, cette piste d’essai est ESSENTIELLE pour les futurs salons. On regrette juste que seuls ces trois fabricants étaient présents.

Une exposition exceptionnelle

Il semble loin le temps où les sujets sur la vie en camping-car pointaient des côtés majoritairement négatifs dans les médias traditionnels. Désormais, rouler en camping-car, en van ou fourgon aménagé, est tendance. On ne compte plus les reportages sur des chaînes à forte audience, ni les sujets en radio mettant en avant la vie en camping-car. Cette année, le Salon des Véhicules de Loisirs du Bourget avait abondamment communiqué en amont. Pendant ces neuf jours, de nombreux médias sont venus pour mettre en avant l’événement, pour parler camping-car, voyage, vanlife. Vous avez sans doute déjà vu des images, des reportages, d’autres arriveront dans les jours et semaines qui viennent. Profitons pleinement de cette exposition. 


Esprit Camping-Car n’a pas aimé

L’absence des groupes allemands

Hymer Group et Knaus ont décliné l’invitation de venir au Bourget cette année. Si ces décisions sont prises d’en haut, elles portent, à nos yeux, préjudice aux visiteurs, aux camping-caristes qui viennent nombreux pour voir l’ensemble de l’offre annuelle du marché. L’absence de ces deux groupes nous a tous privé, par exemple, de plusieurs innovations qu’un salon comme celui du Bourget aurait mérité d’avoir. C’est dommage, car une fois encore, c’est le consommateur qui trinque et se voit priver de nouveautés.

Un espace accessoires réduit

Avec un hall de moins que d’habitude (en raison des travaux de réaménagement des lieux pour les Jeux Olympiques 2024), le salon du VDL disposait de moins d’espace. Même si des constructeurs manquaient, il a fallu caser tout le monde. Au final, l’espace dédié aux accessoires était réduit par rapport à d’habitude. C’est bien dommage.


Des prix en forte hausse

Nous l’évoquons par ailleurs, en dépit des efforts des constructeurs, la flambée des prix des camping-cars, des vans et fourgons aménagés, n’est pas une légende. Malheureusement, tous les constructeurs ont augmenté leurs prix (entre 10 et 20%), ce qui a effrayé de nombreux futurs clients. Car cette hausse de prix s’accompagne par des conditions d’obtention de prêt plus complexes que par le passé.

Des délais de livraison allongés

Ça, plus la hausse des prix, n’en jetez plus, il devient délicat de se projeter dans l’achat d’un camping-car neuf. Symbole de tous les soucis évoqués, les délais de livraison pour l’achat d’un camping-car neuf sont… allongés et aléatoires. Savoir que de nombreuses commandes faites il y a un an ne sont pas encore livrées refroidit les futurs acheteurs. Quand ils passent le pas, ils doivent ensuite encaisser qu’ils risquent bien de ne pas avoir leur nouveau bijou avant l’été prochain… dans le meilleur des cas. Là encore, il serait facile de reprocher cette situation aux constructeurs. Malheureusement pour eux, ils subissent les gros soucis de production des fabricants de châssis (Fiat notamment).


Une ambiance «calme»

C’est un de nos regrets. L’ambiance de ce salon a été bien trop calme à nos yeux. Bien sûr, encore une fois, le contexte n’est pas forcément propice à la «fête». Malgré tout, bon nombre de visiteurs nous ont confié regretter qu’il n’y ai pas plus d’animations cette année dans les allées, en dehors. Il existe sans aucun doute des axes d’améliorations sur ce point afin de rendre plus attractif l’événement. Nous avons nos idées et serions ravis de les évoquer avec les organisateurs, constructeurs.


Conclusion

Une fréquentation annoncée en hausse de 10%. Le salon des véhicules de loisirs du Bourget a donc rencontré un succès intéressant pour cette première édition post-covid (sans masque) en dépit d’un contexte économique défavorable et d’une période d’immenses incertitudes sur le plan géopolitique. Si certaines journées (en milieu de semaine) nous ont semblé bien creuses (en terme d’affluence), le nombre de visiteurs annoncé (91.000 sur les neufs jours) démontre de la vitalité du secteur et de l’attrait des camping-cars, vans et fourgons aménagés. Un grand merci aux constructeurs présents, notamment l’ensemble des groupes français qui ont permis d’avoir un large panel du marché actuel. Nous aurions aimé en voir plus mais ne boudons pas notre plaisir malgré tout. Rendez-vous désormais l’an prochain. Vous le savez déjà, la 57ème édition se déroulera au Parc des Expositions de Villepinte et ce, jusqu’en 2025. Attention, les dates changent également puisque le salon aura lieu du 7 au 15 octobre 2023.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *