Pour notre numéro 100, Nicolas Rousseau, directeur général du Groupe Rapido, a accepté de répondre à nos questions et d’évoquer la situation actuelle ainsi que sa vision du futur pour le marché des véhicules de loisirs. Entretien.


Esprit Camping-Car : Esprit Camping-Car fête son 100ème numéro et ses 13 ans d’existence. Vous souvenez-vous où vous étiez il y a treize ans ?

Nicolas Rousseau : Toutes mes félicitations à Esprit Camping-car pour ses 13 ans d’existence et son 100ème numéro. Il y a 13 ans, j’avais 21 ans et j’étais encore dans mes études à Paris.

ECC : Depuis 13 ans, pouvez-vous nous décrire votre parcours dans le secteur des véhicules de loisirs ?

NR : J’ai rejoint le groupe RAPIDO en août 2014 donc, officiellement, je suis dans ma 7ème année dans le secteur des véhicules de loisirs. Avant cela, j’ai quand même accompagné mon père (Ndlr : Pierre Rousseau, président du groupe RAPIDO) et les équipes sur de nombreux salons dans toute l’Europe. En 2010, j’étais vendeur extra au Salon du Bourget sur le stand WESTFALIA, j’en garde un excellent souvenir.

J’ai commencé dans l’entreprise en tant que responsable commercial France pour Rapido pendant 2 ans et demi. Ensuite, tout en gardant la responsabilité du commerce de Mayenne, j’ai participé aux différentes acquisitions en Italie, en Angleterre en France et, dernièrement, au Canada. Ce qui a nécessairement demandé un investissement fort de ma part dans l’opérationnel de ces filiales. Depuis un peu plus d’un an maintenant, j’occupe la place de directeur général du groupe et mon père en est le président.

L’évolution du marché

ECC : Par votre expérience, comment avez-vous vu évoluer le marché du camping-car depuis 13 ans ?

NR : N’ayant que 6 ans d’antériorité dans la profession, je vais avoir du mal à remonter sur 13 années. Globalement, le marché a bien changé avec l’émergence du fourgon et du van, bien sûr. Cela a permis de faire venir une nouvelle clientèle plus jeune, plus active dans notre marché, une offre de véhicules beaucoup plus importante répondant à plusieurs segments de marché. L’Allemagne pèse presque la moitié des immatriculations européennes alors qu’elle était en-dessous de la France en 2008 ou encore la concentration des acteurs du marché autant dans la distribution que chez les fabricants ou chez nos fournisseurs. La vente du groupe HYMER à l’américain THOR est très certainement le dernier exemple majeur en date. Il existe de moins en moins d’entreprises familiales impliquées opérationnellement dans leurs entreprises comme le Groupe RAPIDO.

On parle de plus en plus de slow tourisme, de s’éloigner du tourisme de masse, d’éco responsabilité, de « do it yourself » et de rapprochement de la nature, donc oui je pense que notre marché peut encore grandir.

ECC : Quelles sont les avancées et innovations majeures qui vous ont marqué ?

NR : L’essor du Van, du fourgon, sont certainement les innovations majeures de ces dernières années. La compacité des véhicules, tout en gardant les fonctionnalités essentielles à tout véhicule de loisirs, en alliant un design intérieur très moderne et travaillé.

Aujourd’hui, le marché offre une diversité de véhicules plus importante qu’auparavant avec un design et une technicité toujours plus moderne.

ECC : Comment jugez-vous, aujourd’hui, le marché du camping-car (et van et fourgon aménagé) ? Est-il arrivé à maturité ? Peut-il encore grandir et suivre la courbe du marché allemand par exemple ?

NR : La période post-confinement nous a montré que nos produits faisaient toujours rêver. Ils sont toujours des symboles de liberté. Je pense que les véhicules de loisirs s’inscrivent de plus en plus dans l’air du temps. On parle de plus en plus de “slow tourisme”. On parle de s’éloigner du tourisme de masse, d’éco responsabilité, de « do it yourself » ( le faire soi-même) et de rapprochement de la nature. Donc oui, je pense que notre marché peut encore grandir. Tous les acteurs jusqu’aux infrastructures devront s’adapter à cette croissance pour que l’expérience soit réussite.

Le groupe Rapido au présent et au futur

ECC : Le groupe Rapido a grandi pendant cette période. Est-ce que cette évolution permet au groupe familial de voir l’avenir sereinement ?

NR : Tout à fait, la saison dernière nous avons progressé de plus de 14% en France dans un marché à -3%. Nous sommes le seul groupe constructeur à avoir eu une telle progression en France. Par ailleurs, nous approchons les 20% sur le marché Français. Nous avons aujourd’hui des usines dans les principaux marchés européens pour adapter nos produits aux spécificités des pays. Nous avons des marques fortes sur leurs marchés avec RAPIDO, CAMPEREVE, WESTFALIA, FLEURETTE et d’autres en devenir, chacune spécialiste de leur segment de marché.

ECC : D’ailleurs, avez-vous une idée de ce que l’avenir réserve ? En dépit des moments difficiles liés à la pandémie actuelle ?

NR : Bien heureux est celui qui peut le prédire, beaucoup de dépend de la maîtrise de l’épidémie. A court/moyen terme, cela devrait continuer à favoriser notre industrie et nos produits.

ECC : Le Groupe Rapido est présent aux Etats-Unis, pouvez-vous nous expliquer plus en détail les raisons de cette présence et l’impact futur pour le groupe de cette présence Outre-Atlantique ?

NR : Nous sommes présents près de Toronto au Canada. Nous avions déjà en tête avec mon père depuis quelques années l’idée de s’implanter sur le marché Nord-Américain pour un jour y relancer la marque WESTFALIA qui a disparu dans les années 70. Cette marque reste toujours très connue de l’autre côté de l’Atlantique. Nous étions en veille sur différentes opportunités. Quand nous avons appris que ROADTREK était écarté du deal HYMER/THOR, nous sommes rentrés en contact avec l’administrateur en charge de la liquidation de l’entreprise. ROADTREK a plus de 40 ans d’histoire et c’est l’une des marques les plus connues dans le fourgon en Amérique du Nord. Le timing est bon car aujourd’hui le marché du class B (fourgon) est le segment enregistrant la plus forte évolution. Le potentiel pour l’avenir est important et nous nous attachons à remettre ROADTREK en marche avant d’y introduire un jour WESTFALIA.

Selon plusieurs études, le camping-car est plus écologique que de faire une croisière ou une combinaison avion, hôtel et voiture de location

ECC : Comment parvenir à conserver une véritable identité familiale forte à travers les époques pour un groupe puissant comme Rapido ?

NR : En gardant un fonctionnement le plus simple possible avec un lien aussi direct que possible avec les opérationnels et éviter les strates de directeurs à tous les niveaux. Le monde d’aujourd’hui demande de la souplesse et beaucoup d’agilité. Les dirigeants ont besoin d’être en lien direct avec les équipes sans intermédiaire. Je dirais que les liens étroits avec nos distributeurs, nos clients et nos fournisseurs sont essentiels pour évoluer et rester en connexion avec notre marché.

L’impact du camping-car sur la nature, sur l’écologie

ECC : A l’heure où les questions écologiques sont nombreuses, est-ce que le camping-car est, selon vous, en accord avec ces questions ? Est-ce écologique de rouler en camping-car ?

NR : Plusieurs études dans différents pays européens ont été menées sur le sujet et il apparaît que le camping-car est plus écologique que de faire une croisière ou une combinaison avion, hôtel et voiture de location. Nous devons encore accentuer nos études sur ce point mais comme vous pouvez l’imaginer cela dépend de l’utilisation de chacun de son véhicule de loisirs.    

Le camping-car idéal dépend de l’utilisation que nous pouvons en avoir. Nous devons continuer à innover.

ECC : Quand on est amoureux de la nature, qu’est-ce que le camping-car peut apporter en plus pour se sentir en osmose avec la nature ?

NR : Tout d’abord le fait de pouvoir changer de paysage, les vacances en itinérance sont assez méconnues du grand public. Je dirais que cela procure le sentiment de partir à l’aventure de ne pas savoir où l’on va dormir ce soir, au bord d’un lac ou d’une plage ou encore dans les montagnes. Enfin, la nature c’est aussi les hommes et les rencontres que nous pouvons faire. L’itinérance apporte cela aussi, la rencontre avec d’autres personnes car c’est avant tout des moments de convivialités. Mais on peut également choisir d’être isolé dans la nature, c’est au choix. A l’heure où les écrans ont investi tous nos espaces, les véhicules de loisirs nous ouvrent sur le monde et les autres.

L’avenir du camping-car

ECC : Selon vous, quelles sont les évolutions à venir qui pourront rendre encore plus écologique la pratique du camping-car et la vie en camping-car ?

NR : Nous dépendons beaucoup des constructeurs de châssis pour la partie chaîne roulante.  Récemment les nouveaux moteurs ADblue apportent des diesel plus propres. Cela va encore évoluer avec les nouvelles Euro normes à venir. De notre côté, nous travaillons beaucoup sur la réduction des poids et les matériaux. La maîtrise de l’eau à bord et des énergies va vraisemblablement encore évoluer pour plus d’efficience et moins de gaspillage. Le gaz a déjà tendance à disparaître dans les vans et dans certains fourgons. Ceci au profit de plaque de cuisson électrique ou de frigo à compression grâce aux batteries Lithium. Je pense que nous allons aller de plus en plus vers ce type d’équipement pour le camping-car à l’avenir.

ECC : Comment voyez-vous le marché dans les années à venir ?

NR : J’imagine un marché en croissance mais plus complexe.

ECC : Pour conclure, quel est, pour vous, le camping-car idéal de demain ?

NR : Le camping-car idéal dépend de l’utilisation que nous pouvons en avoir. Nous devons continuer à innover. Le Groupe RAPIDO a été très actif sur le sujet. Je pense, par exemple, au développement du Skyview pour les fourgons CAMPEREVE et DREAMER ou encore RAPIDO. Je songe également au nouvel intégral RAPIDO sur porteur Mercedes. Il ne faut pas oublier, par ailleurs, une nouvelle gamme de profilés compact RAPIDO cette année, je pense que l’innovation, la nouveauté est le camping-car idéal de demain.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *