,

Business : -13%, 1 baisse qui masque la réalité du marché

A fin juin, les chiffres ne trompaient pas. Le marché des véhicules de loisirs connaissait une très forte baisse de ses immatriculations : -13,4%. Dans notre dossier, en trois parties, nous vous livrons une analyse la plus objective possible du marché actuel. Première partie, les chiffres de la saison.


Des chiffres dans le rouge, mais…

Pour tenter de comprendre les raisons de cette évolution, nous avons interrogé deux acteurs majeurs du milieu, Nicolas Rousseau, directeur général du groupe Rapido, et Antoine Guéret, directeur des ventes et marketing du groupe Pilote. Avant de donner la parole à nos intervenants, faisons un petit point sur le marché des immatriculations en France. A fin juin, les indicateurs étaient clairement au rouge :

  • – 13,42% d’immatriculations de camping-cars neufs (vans et fourgons aménagés inclus) par rapport à la saison précédente.
  • – 4,06% d’immatriculations de vans et fourgons aménagés neufs.
  • 21174 camping-cars neufs immatriculés depuis le 1er septembre 2021
  • Dont 11896 vans et fourgons aménagés
  • 56,18% des immatriculations neuves viennent des vans et fourgons aménagés.

A retenir 

Le top 10 des immatriculations en France

  • Pilote 1206
  • Volkswagen 1170
  • Chausson 1118
  • Challenger 1096
  • Capron 1091
  • Pössl 1011
  • Bürstner 945
  • Rapido 864
  • Font-Vendôme 821
  • Bavaria 808

Les 10 constructeurs qui voient leur immatriculations progresser

  • LMC +75%
  • Stylevan +63,2%
  • Hanroad +38,1%
  • Laika +32,5
  • Giottiline +19,8%
  • Hobby +19,6%
  • Pössl +10,5%
  • Hymer +9,1%
  • Mobilvetta +9%
  • Rimor +8,3%

Les 10 fabricants de porteurs en part-de-marché

  • Fiat 46,5%
  • Citroën 16,7%
  • Ford 16,2%
  • Volkswagen 7,2%
  • Renault 6,3%
  • Mercedes 3,9%
  • Peugeot 2,1%
  • Toyota 0,7%
  • Iveco 0,2%
  • Opel 0,2%

Mais sa cote d’amour reste très élevée

Le marché indique clairement une baisse forte de ses immatriculations. Mais comme vous pourrez le lire dans les propos de M. Rousseau et M. Guéret, plusieurs éléments sont à prendre en compte pour pondérer cet état actuel du marché des véhicules de loisirs en France. L’impact du Covid, des pénuries de matières premières, de composants électroniques mais aussi de la guerre en Ukraine est fort et n’aide pas à vivre sereinement le présent.
Pourtant, l’aura et l’attrait des camping-cars, des vans et fourgons aménagés, reste très élevé. Les médias traditionnels ne cessent d’en parler, de faire des reportages valorisants sur cette thématique. Les routes du Tour de France l’ont encore prouvé, le camping-car plaît énormément à de plus en plus de monde. D’ailleurs, signe très paradoxal, quand nous parlons avec des constructeurs, tous sont unanimes : leurs carnets de commandes sont pleins. Mais ils doivent faire face à plusieurs impondérables indépendants de leur bonne volonté. Un responsable d’une grande marque nous disait qu’il « est impossible de faire le classement des meilleures marques cette année, car ce classement correspond plus, aujourd’hui, à celui qui peut livrer le plus rapidement. Cela n’illustre pas les données des carnets de commande »

Les immatriculations neuves masquent la réalité du marché actuel

Les chiffres des immatriculations masquent, aujourd’hui, la réalité du marché. Oui, les constructeurs peinent à livrer leurs commandes de la saison 2021/22. Oui, les délais sont encore très (trop) longs. Oui, les prix ont fortement augmenté. Oui, le prix de l’essence atteint des records et change votre perception du voyage. Mais OUI, le camping-car, le van et le fourgon aménagé disposent d’une cote d’amour très élevée. Celle-ci ne risque pas de décroître tant notre loisirs préféré apporte énormément de solutions pour vivre vos vacances, ou même vos week-ends, de manière différente. Oui, avec un camping-car, un van aménagé, vous serez moins stressé, moins dans l’angoisse de partir à une date donnée, de respecter des horaires cadenassés par les professionnels du tourisme. Bien sûr, désormais, il faudra être patient pour retrouver des statistiques positives. Mais le jeu en vaut la chandelle. A suivre !

Lire notre seconde partie, l’interview de Nicolas Rousseau

Lire notre troisième partie du dossier Business saison 2021/22, notre entretien avec Antoine Guéret

1 réponse

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *